Porte-voix blanc-petit gif

Syn­di­cat du Ministère

de l’Intérieur
S’ENGAGER POUR CHA­CUN
AGIR POUR TOUS


Hausse de la valeur du point d’indice… une forte attente des agents

Le dégel du point d’indice a été décidé. Il sera reval­orisé d’ici l’été prochain pour tenir compte de l’inflation galopante, a indiqué le cab­i­net de la min­istre de la Fonc­tion publique Amélie de Montchalin.

Le mon­tant de cette reval­ori­sa­tion doit encore être arbi­tré par Matignon, sans doute d’ici la semaine prochaine.

À l’exception de deux petites aug­men­ta­tions de 0,6% à la fin du quin­quen­nat de François Hol­lande, la valeur du point d’indice est gelée depuis 2010.

Cette annonce était atten­due par la CFDT qui récla­mait cette reval­ori­sa­tion depuis des mois. Cette annonce qui devien­dra une bonne nou­velle si :

  • La hausse est à la hau­teur des attentes quand l’inflation est prévue à plus de 4% sur 2022 après avoir été à plus de 3% sur 2021
  • Le cal­en­drier de mise en œuvre est rapi­de­ment connu, sans exclure un effet rétroactif.
  • Une négo­ci­a­tion d’ensemble accom­pa­gne cette mesure qui ne résume pas à elle seule le sujet des rémunéra­tions dans la Fonc­tion publique et ne sat­is­fait pas à elle seule les attentes et les revendications.

Il est donc urgent que le gou­verne­ment pré­cise ses inten­tions dans le cadre du dia­logue social.


La CFDT dans l’attente de précisions

« Un tabou a été levé », a réagi Mylène Jacquot, secré­taire générale de la CFDT-​Fonctions publiques, au lende­main des déc­la­ra­tions de la min­istre de la Trans­for­ma­tion et de la Fonc­tion publiques, Amélie de Montchalin. Dans une inter­view au Parisien datée du lundi 14 mars, la min­istre a acté le dégel du point d’indice avant cet été. Cette annonce était très atten­due par les 5,7 mil­lions d’agents publics, et répond à une urgence au regard de la forte pro­gres­sion de l’inflation et ses con­séquences sur le pou­voir d’achat.

Le fait qu’il s’agisse d’une réponse à une vieille reven­di­ca­tion de la CFDT-​Fonctions publiques n’empêche pas de rester pru­dents, en atten­dant la con­créti­sa­tion de cette annonce. « Reste à savoir quelle hausse, quand et avec quelles autres mesures, quid de sa tra­duc­tion pour les agents con­tractuels… En somme, il nous manque encore des élé­ments tan­gi­bles pour dire qu’il s’agit vrai­ment d’une bonne nou­velle », insiste Mylène Jacquot. « Au-​delà de ce rat­tra­page, nous appelons à de véri­ta­bles négo­ci­a­tions sur la rémunéra­tion de l’ensemble des agents, en en dis­cu­tant tous les élé­ments pour une recon­nais­sance de la valeur des métiers publics, écrivent Mylène Jacquot et Joce­lyne Cabanal, secré­taire nationale, dans un com­mu­niqué com­mun. C’est une ques­tion de jus­tice : leur apport fon­da­men­tal à la nation ne peut demeurer méconnu plus longtemps. »

À pro­pos de l’auteur

Guil­laume Lefèvre
Jour­nal­iste