Porte-voix blanc-petit gif

Syn­di­cat du Ministère

de l’Intérieur
S’ENGAGER POUR CHA­CUN
AGIR POUR TOUS


plus pour agents

Le gou­verne­ment pro­pose une aug­men­ta­tion de la valeur du point de 0,6 % au 1er juil­let 2016 et 0,6 % au 1er février 2017.
Après 6 années de gel du point d’indice cette aug­men­ta­tion est insuffisante !

Valeur du point d’indice gelée depuis 2010, effets de l’inflation et hausses de coti­sa­tions : le cumul con­duit à une baisse de 0,5% à 0,7% du salaire net moyen des agents chaque année, mal­gré les avance­ments d’échelon et de grade.


LE GOU­VERNE­MENT DOIT MIEUX RECON­NAITRE LES QUAL­I­FI­CA­TIONS, LES COM­PÉ­TENCES ET L’ENGAGEMENT DES AGENTS PUBLICS. C’EST UNE PRI­OR­ITÉ QUE PORTE LA CFDT.


Elle en a déjà donné la preuve en négo­ciant puis en sig­nant le pro­to­cole PPCR dont elle veille sans con­ces­sion à la mise en oeu­vre dans chaque ver­sant de la Fonc­tion publique et pour chaque fil­ière. Mais il n’y aura pas de réelle amélio­ra­tion de la sit­u­a­tion des agents publics sans négo­ci­a­tions régulières sur les rémunéra­tions, les con­di­tions de tra­vail, l’avenir des métiers et du ser­vice public.


La CFDT réaf­firme que la France a besoin de ses agents pour assurer un ser­vice de qual­ité, utile aux usagers et à l’ensemble de l’économie.
Les efforts imposés aux agents ont généré plus de 7 mil­liards d’euros d’économies et dégradé les con­di­tions de travail.


La CFDT prend acte du dégel de la valeur du point d’indice et elle con­tin­uera à peser pour des négo­ci­a­tions salar­i­ales annuelles et obligatoires.


Parce que les rémunéra­tions ne sont pas le seul prob­lème des agents,
parce que les con­di­tions de tra­vail sont dégradées,
parce qu’il faut défendre la qual­ité du ser­vice public,


LA CFDT FONC­TIONS PUBLIQUES APPELLE LES AGENTS À UNE

#JeSu­isUneR­ichesse