Porte-voix blanc-petit gif

Logo Bandeau 2014

Syn­di­cat du Ministère

de l’Intérieur
S’ENGAGER POUR CHA­CUN
AGIR POUR TOUS

Arrêté du 29 mai 2012 fix­ant les modal­ités d’organisation et les épreuves des exa­m­ens pro­fes­sion­nels pour l’accès aux grades de con­trôleur de classe supérieure et de con­trôleur de classe excep­tion­nelle des ser­vices tech­niques du min­istère de l’intérieur



Le min­istre de l’intérieur et la min­istre de la réforme de l’Etat, de la décen­tral­i­sa­tion et de la fonc­tion publique,
Vu la loi n° 83634 du 13 juil­let 1983 mod­i­fiée por­tant droits et oblig­a­tions des fonc­tion­naires, ensem­ble la loi n° 8416 du 11 jan­vier 1984 mod­i­fiée por­tant dis­po­si­tions statu­taires rel­a­tives à la fonc­tion publique de l’Etat ;
Vu le décret n° 20091388 du 11 novem­bre 2009 mod­i­fié por­tant dis­po­si­tions statu­taires com­munes à divers corps de fonc­tion­naires de la caté­gorie B de la fonc­tion publique de l’Etat ;
Vu le décret n° 20111988 du 27 décem­bre 2011 por­tant statut par­ti­c­ulier du corps des con­trôleurs des ser­vices tech­niques du min­istère de l’intérieur,
Arrêtent :


Les exa­m­ens pro­fes­sion­nels prévus au 1° du I et 1° du II de l’article 25 du décret du 11 novem­bre 2009 susvisé pour l’accès au grade de con­trôleur de classe supérieure et de con­trôleur de classe excep­tion­nelle des ser­vices tech­niques du min­istère de l’intérieur sont organ­isés con­for­mé­ment aux dis­po­si­tions prévues par le présent arrêté.


Les exa­m­ens pro­fes­sion­nels men­tion­nés à l’article 1er sont ouverts par arrêté du min­istre de l’intérieur. Ces arrêtés fix­ent les modal­ités d’inscription aux exa­m­ens pro­fes­sion­nels, la liste des cen­tres d’examen ainsi que la date des épreuves et le nom­bre de postes à pourvoir.


Sont autorisés à pren­dre part à l’épreuve les fonc­tion­naires rem­plis­sant, au plus tard le 31 décem­bre de l’année au titre de laque­lle est établi le tableau d’avancement, les con­di­tions fixées au 1° du I de l’article 25 du décret du 11 novem­bre 2009 susvisé pour l’accès à la classe supérieure et les con­di­tions du 1° du II de l’article 25 du décret du 11 novem­bre 2009 sus­men­tionné pour l’accès à la classe exceptionnelle.

  • Chapitre Ier : Exa­men pro­fes­sion­nel pour l’accès à la classe supérieure


    L’examen pro­fes­sion­nel de con­trôleur de classe supérieure des ser­vices tech­niques du min­istère de l’intérieur se com­pose d’une épreuve écrite unique d’admission con­sis­tant en la rédac­tion d’une note dans le cadre d’un cas pra­tique à par­tir d’un dossier tech­nique n’excédant pas vingt-​cinq pages, et per­me­t­tant d’apprécier les qual­ités d’expression et d’analyse du can­di­dat ainsi que ses con­nais­sances tech­niques et ses capac­ités d’organisation.
    L’épreuve porte sur l’un des six thèmes suiv­ants soumis au choix du can­di­dat au moment de l’inscription : immo­bilier ; auto­mo­bile ; arme­ment ; logistique-​gestion des matériels ; habille­ment ; démi­nage (durée : trois heures).


    Les pro­grammes et les modal­ités pra­tiques de l’épreuve décrite à l’article 4 sont fixés en annexe du présent arrêté.


    L’épreuve est notée de 0 à 20.


    A l’issue de l’épreuve d’admission, le jury établit la liste des can­di­dats admis.
    La liste des lau­réats est soumise à la com­mis­sion admin­is­tra­tive par­i­taire com­pé­tente qui a con­nais­sance du nom­bre total de points obtenus par chaque can­di­dat en vue de l’établissement, par le min­istre de l’intérieur, du tableau annuel d’avancement établi par ordre de mérite.


    Le jury d’examen pour l’accès au grade de con­trôleur de classe supérieure des ser­vices tech­niques du min­istère de l’intérieur, nommé par arrêté du min­istre de l’intérieur, com­prend :
    ― le prési­dent, choisi parmi les hauts fonc­tion­naires du min­istère de l’intérieur ;
    ― un mem­bre, choisi parmi les fonc­tion­naires de caté­gorie A du min­istère de l’intérieur ;
    ― qua­tre mem­bres au moins désignés en rai­son de leurs com­pé­tences dans le domaine d’activité pro­fes­sion­nelle con­cerné par l’examen pro­fes­sion­nel.
    Le jury peut être com­plété par des exam­i­na­teurs, sans voix délibéra­tive, choi­sis en rai­son de leurs com­pé­tences spécifiques.

  • Chapitre II : Exa­men pro­fes­sion­nel pour l’accès à la classe exceptionnelle


    L’examen pro­fes­sion­nel de con­trôleur de classe excep­tion­nelle des ser­vices tech­niques du min­istère de l’intérieur se com­pose d’une épreuve orale unique d’admission con­sis­tant, après une présen­ta­tion du can­di­dat sur son par­cours pro­fes­sion­nel et sa for­ma­tion, en un entre­tien avec le jury. Celui-​ci vise à apprécier les apti­tudes et la moti­va­tion du can­di­dat à exercer les fonc­tions de con­trôleur de classe excep­tion­nelle des ser­vices tech­niques du min­istère de l’intérieur, ainsi qu’à recon­naître les acquis de son expéri­ence pro­fes­sion­nelle et notam­ment son degré de con­nais­sances d’ordre général de l’organisation du min­istère de l’intérieur ainsi que ses qual­ités de réflex­ion et sa capac­ité à com­mu­ni­quer (durée : vingt-​cinq min­utes, dont cinq min­utes au plus de présen­ta­tion).
    En vue de cette épreuve orale, les can­di­dats remet­tent au ser­vice organ­isa­teur, à la date fixée par l’arrêté d’ouverture, un dossier de recon­nais­sance des acquis de l’expérience pro­fes­sion­nelle, lequel décrira le par­cours pro­fes­sion­nel et les moti­va­tions du can­di­dat. Les rubriques du dossier sont men­tion­nées en annexe au présent arrêté.
    Seul l’entretien avec le jury donne lieu à nota­tion. Le dossier de recon­nais­sance des acquis de l’expérience pro­fes­sion­nelle n’est pas noté.
    Le dossier de recon­nais­sance des acquis de l’expérience pro­fes­sion­nelle ainsi que le guide d’aide au rem­plis­sage sont disponibles sur le site inter­net du min­istère. Le dossier est trans­mis au jury par le ser­vice ges­tion­naire de l’examen pro­fes­sion­nel après l’établissement de la liste des per­son­nes admises à concourir.


    Les épreuves sont notées de 0 à 20.


    A l’issue de l’épreuve d’admission, le jury établit la liste des can­di­dats admis.
    La liste des lau­réats est soumise à la com­mis­sion admin­is­tra­tive par­i­taire com­pé­tente qui a con­nais­sance du nom­bre total de points obtenus par chaque can­di­dat en vue de l’établissement, par le min­istre de l’intérieur, du tableau annuel d’avancement établi par ordre de mérite.


    Le jury d’examen pour l’accès au grade de con­trôleur de classe excep­tion­nelle des ser­vices tech­niques du min­istère de l’intérieur, nommé par arrêté du min­istre de l’intérieur, com­prend :
    ― le prési­dent, choisi parmi les hauts fonc­tion­naires du min­istère de l’intérieur ;
    ― un mem­bre, choisi parmi les fonc­tion­naires de caté­gorie A du min­istère de l’intérieur ;
    ― qua­tre mem­bres désignés en rai­son de leurs com­pé­tences dans le domaine d’activité pro­fes­sion­nelle con­cerné par l’examen pro­fes­sion­nel.
    Le jury peut être com­plété par des exam­i­na­teurs, sans voix délibéra­tive, choi­sis en rai­son de leurs com­pé­tences spécifiques.


    L’arrêté du 19 juil­let 2005 fix­ant les modal­ités d’organisation et les épreuves du con­cours sur épreuves pro­fes­sion­nelles pour l’accès au grade de con­trôleur de classe excep­tion­nelle des ser­vices tech­niques du min­istère de l’intérieur et de l’aménagement du ter­ri­toire est abrogé.


    Le secré­taire général du min­istère de l’intérieur est chargé de l’exécution du présent arrêté, qui sera pub­lié au Jour­nal offi­ciel de la République française.

  • Annexe


    A N N E X E S
    A N N E X E 1


    RUBRIQUES COM­POSANT LE DOSSIER DE RECON­NAIS­SANCE DES ACQUIS DE L’EXPÉRIENCE PRO­FES­SION­NELLE (RAEP) DE L’EXAMEN PRO­FES­SION­NEL POUR L’ACCÈS AU GRADE DE CON­TRÔLEUR DE CLASSE EXCEP­TION­NELLE DES SER­VICES TECH­NIQUES DU MIN­ISTÈRE DE L’INTÉRIEUR
    Iden­ti­fi­ca­tion du can­di­dat :
    Exposé des acquis de l’expérience pro­fes­sion­nelle du can­di­dat au regard de son par­cours pro­fes­sion­nel et de sa for­ma­tion pro­fes­sion­nelle et con­tinue :
    Le can­di­dat décrira, dans un pre­mier temps, son par­cours pro­fes­sion­nel en pré­cisant les domaines fonc­tion­nels dans lesquels il a exercé ses fonc­tions ainsi que les com­pé­tences acquises et dévelop­pées à chaque étape de ce par­cours.
    Le can­di­dat décrira, dans un sec­ond temps, les for­ma­tions dont il a béné­fi­cié et qui lui paraîtront illus­trer le mieux les com­pé­tences acquises au cours de son par­cours pro­fes­sion­nel. Il expli­quera les raisons de son choix.
    Analyse d’une expéri­ence pro­fes­sion­nelle mar­quante :
    Le can­di­dat décrira une expéri­ence pro­fes­sion­nelle qui l’a mar­qué, indi­quera les raisons de son choix, et les enseigne­ments pro­fes­sion­nels et per­son­nels qu’il en a tirés.
    Moti­va­tions pour se présen­ter à l’examen pro­fes­sion­nel pour l’accès au grade de con­trôleur de classe excep­tion­nelle des ser­vices tech­niques du min­istère de l’intérieur :
    Descrip­tion lim­itée à trois pages des acquis de l’expérience, des atouts et des moti­va­tions du can­di­dat pour se présen­ter à l’examen pro­fes­sion­nel (inscrip­tion dans une per­spec­tive de car­rière) :
    Doc­u­ments annexes à com­pléter et à join­dre :
    Accusé de récep­tion.
    Déc­la­ra­tion sur l’honneur.
    Visa du supérieur hiérarchique.


    A N N E X E 2
    PRO­GRAMME DE L’EXAMEN PRO­FES­SION­NEL DE CON­TRÔLEUR DE CLASSE SUPÉRIEURE
    DES SER­VICES TECH­NIQUES DU MIN­ISTÈRE DE L’INTÉRIEUR
    Thème : immobilier


    Con­nais­sances de base en con­struc­tion et bâti­ment, en équipements tech­niques du bâti­ment et en entretien-​maintenance du pat­ri­moine bâti.
    Ces con­nais­sances min­i­males por­tent tant sur l’environnement tech­nique que sur l’environnement régle­men­taire et admin­is­tratif.
    1. Cadre régle­men­taire et insti­tu­tion­nel :
    Con­nais­sance des prin­ci­paux textes régle­men­taires et nor­mat­ifs ;
    L’acte de con­stru­ire : rôle, oblig­a­tions et respon­s­abil­ités des inter­venants, procé­dures admin­is­tra­tives rel­a­tives aux travaux, assur­ances ;
    Notions de con­tentieux immo­bilier et mise en jeu des garanties ;
    Notions générales sur les règle­ments de la con­struc­tion et normes en vigueur ;
    Régle­men­ta­tion ther­mique ;
    Règles san­i­taires liées aux instal­la­tions de génie cli­ma­tique ;
    Régle­men­ta­tions applic­a­bles dans les étab­lisse­ments rece­vant du pub­lic ;
    Régle­men­ta­tions rel­a­tives aux per­son­nes hand­i­capées ;
    Les con­trôles régle­men­taires péri­odiques con­cer­nant les bâti­ments, les équipements de tra­vail et les matériels ;
    Principes fon­da­men­taux de l’achat pub­lic ;
    Notions de ges­tion finan­cière et compt­able.
    2. Aspects généraux :
    Sols et fon­da­tions ;
    Voiries et réseaux divers ;
    Notions sur la résis­tance des matéri­aux des struc­tures : règle­ments de cal­cul, prédi­men­sion­nement ;
    Tech­nolo­gies, matéri­aux, main­te­nance et normes en vigueur de tous les corps d’état du gros œuvre et du sec­ond œuvre ;
    Energé­tique : les éner­gies et les flu­ides, ther­mique bâti­ment ;
    Notions générales sur les équipements tech­niques : courants forts, courants faibles, chauffage, ven­ti­la­tion, cli­ma­ti­sa­tion, éclairage, cir­cu­la­tion des flu­ides ; ascenseurs et monte-​charges, acous­tique ;
    Courant fort, courant faible et réseaux : appareil­lage élec­trique, réseaux de dis­tri­b­u­tion, instal­la­tions pro­vi­soires ;
    Lec­ture de plans et métré ;
    La main­te­nance des con­struc­tions.
    3. Hygiène, santé et sécu­rité :
    Etude des risques, con­signes générales, fiches de poste ;
    L’arbre des causes ;
    Elab­o­ra­tion de procé­dures appliquées sur les chantiers de bâti­ments, SPS, plan de préven­tion.
    4. Ingénierie :
    Pro­gram­ma­tion : déf­i­ni­tion des besoins, fais­abil­ité et per­ti­nence des opéra­tions, notion de coût global, approche qual­ité et développe­ment durable dans les con­struc­tions ;
    Réal­i­sa­tion de pro­jet : dis­po­si­tions con­struc­tives, choix de matéri­aux et équipements, élab­o­ra­tion de pièces tech­niques con­tractuelles, rédac­tion de descrip­tifs, esti­ma­tion des coûts de con­struc­tion, CAO/​DAO ;
    L’élaboration de pièces tech­niques con­tractuelles ;
    L’évaluation de la qual­ité de tra­vail des prestataires ;
    Energie : pro­duc­tion, trans­port et con­som­ma­tion, approche qual­ité et développe­ment durable, util­i­sa­tion des éner­gies renou­ve­lables ;
    Prob­lé­ma­tiques envi­ron­nemen­tales, con­trôles et véri­fi­ca­tions règle­men­taires ;
    Bâti­ments : diag­nos­tic ther­mique, con­cep­tion en ter­mes de coût global, opti­mi­sa­tion de la con­som­ma­tion énergé­tique, out­ils domo­tiques ;
    Con­cep­tion et prédi­men­sion­nement des instal­la­tions cli­ma­tiques ;
    Ges­tion des con­som­ma­tions : chauffage, cli­ma­ti­sa­tion, élec­tric­ité, eau, télé­phone, car­bu­rants ;
    Prob­lé­ma­tique générale et straté­gies de la main­te­nance : entre­tien préven­tif, curatif ;
    Etab­lisse­ment d’un pro­gramme d’entretien (main­te­nance courante et gros entre­tien et renou­velle­ment) ;
    L’approche qual­ité appliquée à la main­te­nance ;
    Les con­trats d’entretien, con­trats de ser­vices, con­trats de con­trôle tech­nique ;
    L’apport de la ges­tion et main­te­nance assistée par ordi­na­teur et de la ges­tion tech­nique cen­tral­isée.
    5. Organ­i­sa­tion et ges­tion de ser­vice :
    Con­duite d’opération : organ­i­sa­tion de la maîtrise d’ouvrage et de la maîtrise d’œuvre ;
    Organ­i­sa­tion d’un ser­vice bâti­ment ;
    Organ­i­sa­tion et suivi des chantiers de bâti­ment ;
    Ges­tion de pat­ri­moine : organ­i­sa­tion des con­trôles et entre­tiens réglementaires.


    Thème : automobile


    Les champs tech­nologiques con­cernés et le niveau des savoirs demandés sont étab­lis par référence à ceux du diplôme suiv­ant, en vigueur l’année précé­dant la date des épreuves écrites du con­cours :
    ― brevet de tech­ni­cien supérieur (BTS) « après-​vente auto­mo­bile, option véhicules par­ti­c­uliers » (arrêté du 26 juin 2007).
    Nota. ― Comme pour les autres thèmes, des con­nais­sances de base sur les principes fon­da­men­taux de l’achat pub­lic sont atten­dues des can­di­dats.


    Thème : armement


    Iden­ti­fi­ca­tion et con­trôle tech­nique des armes dites « de guerre et de défense ».
    Main­te­nance et répa­ra­tion des armes dites « de guerre et de défense ».
    Eval­u­a­tion des coûts et des délais des opéra­tions de main­te­nance d’armement pour les armes dites « de guerre et de défense ».
    Con­seil et éval­u­a­tion de la main­te­nance préven­tive des armes dites « de guerre et de défense ».
    Encadrement lég­is­latif et régle­men­taire de l’acquisition et de la déten­tion des armes, élé­ments d’armes et des muni­tions.
    Régle­men­ta­tion rel­a­tive à la sécuri­sa­tion et la con­ser­va­tion des armes, des élé­ments d’armes et des muni­tions.
    Con­nais­sances formelles des muni­tions d’armes légères, fab­ri­ca­tion et stock­age.
    Préven­tion des risques pro­fes­sion­nels : con­nais­sances des règles d’hygiène, de sécu­rité et des con­di­tions de tra­vail.
    Ges­tion des stocks.
    Principes fon­da­men­taux de l’achat public.


    Thème : logistique-​gestion des matériels


    Général­ités :
    Qu’est-ce qu’un stock ? ;
    Déf­i­ni­tion des mots clés ;
    Util­ité et incon­vénients des stocks.
    Tenue des stocks :
    Déf­i­ni­tion, mise à dis­po­si­tion, caté­gories d’articles ;
    Local­i­sa­tion, stock­age et range­ment ;
    Dia­gramme de Pareto ;
    Taux de rota­tion, de cou­ver­ture.
    Ges­tion des stocks :
    Dis­tinc­tion entre tenue des stocks et ges­tion des stocks ;
    Sources d’information ;
    Stocks moyen, d’alerte, de sécu­rité ;
    Appro­vi­sion­nement (con­di­tion­nement, col­is­age) ;
    Qual­ité de la ges­tion d’un stock ;
    Coût du stock ;
    Val­ori­sa­tion du stock (méth­ode coût moyen pondéré, pre­mier entré, pre­mier sorti (first in, first out) ; dernier entré, dernier sorti (last in, last out) ;
    For­mule de Wil­son ;
    Ges­tions sur seuil et péri­odique ;
    Mise en œuvre d’une ges­tion rationnelle des stocks (stock max­i­mum, stock min­i­mum, stock moyen, stock sécu­rité, délai com­mande, délai livrai­son).
    Out­ils de ges­tion des stocks/​comptabilité des stocks :
    Ges­tion manuelle (bac à fiches entrées/​sorties) ;
    Ges­tion assistée par ordi­na­teur.
    Principes d’implantation d’un mag­a­sin :
    Organ­i­sa­tion du mag­a­sin :
    ― en fonc­tion du taux de rota­tion des arti­cles et sécu­rité des con­som­ma­bles et du matériel ;
    ― par voisi­nage, famille de pro­duits, type d’article ;
    ― ray­on­nages ;
    Recense­ment des don­nées de départ ;
    Cri­tique des don­nées de départ ;
    Recherche de solu­tions ;
    Choix de la solu­tion à retenir ;
    Solu­tions pos­si­bles.
    Méth­odes d’inventaire physique :
    Général­ités ;
    Util­ité des inven­taires physiques et méth­odes util­isées ;
    Méth­ode d’inventaire tour­nant ;
    Méth­ode d’inventaire per­ma­nent.
    Récep­tion des marchan­dises :
    1re phase : accueil et récep­tion du livreur, con­trôle des doc­u­ments de trans­port ;
    2e phase : décharge­ment des marchan­dises ;
    3e phase : con­trôle des marchan­dises ;
    4e phase : prise en charge des marchan­dises.
    Char­iot élé­va­teur :
    Prin­ci­paux avan­tages du char­iot élé­va­teur ;
    Prin­ci­paux types de char­i­ots élé­va­teurs ;
    Matériels de manu­ten­tion ;
    Règles de sécu­rité.
    Les sept règles pour améliorer un mag­a­sin :
    1. Chercher d’abord à faire mieux avec ce que l’on a et tirer le meilleur parti des ressources humaines, matérielles, finan­cières ;
    2. Générer une valeur ajoutée réelle au pro­duit au niveau du stock­age à par­tir du fait que le mag­a­sin est un ate­lier d’assemblage de com­man­des et de toutes opéra­tions de manu­ten­tions ;
    3. Rechercher au niveau des inter­faces les amélio­ra­tions majeures entraî­nant les économies les plus impor­tantes ;
    4. Coor­don­ner par­faite­ment les opéra­tions internes du mag­a­sin entre les flux physiques et les flux d’information, les attentes, les manu­ten­tions inutiles, le gaspillage ;
    5. Finaliser les activ­ités, motiver les hommes, sup­primer les tâches pénibles et déshu­man­isantes. Attacher une grande impor­tance à la com­mu­ni­ca­tion et au dia­logue ;
    6. Met­tre sous con­trôle les per­for­mances et les coûts pour suivre l’évolution du mag­a­sin ;
    7. Chercher à innover en per­ma­nence. C’est tou­jours pos­si­ble car on peut tou­jours faire mieux.
    Exer­cice sur la ges­tion des stocks :
    Approche bilantielle :
    ― bilan, compte de résul­tat et analyse des écarts (rebuts, dis­pari­tion d’articles, obso­les­cence non pro­gram­mée…) ;
    ― écart sur quan­tité et écart en valeur ;
    ― amor­tisse­ment du matériel ;
    Approche du compte d’exploitation du mag­a­sin et du stock (total charges directes et indi­rectes) ;
    Val­ori­sa­tion en coût com­plet.
    Régle­men­ta­tion sur les marchés et com­man­des :
    Principes généraux ;
    Déf­i­ni­tions (dif­férents types de marchés, appels d’offre…) ;
    Seuils de pas­sa­tion des marchés et des com­man­des ;
    Notions de compt­abil­ité publique.


    Thème : habillement


    Les matières tex­tiles :
    Déf­i­ni­tion, vocab­u­laire tex­tile ;
    Tech­nolo­gie de fab­ri­ca­tion ;
    Con­nais­sance des armures ;
    Iden­ti­fi­ca­tion des pièces de tissu.
    La fila­ture :
    Les procédés de filage ;
    Les car­ac­téris­tiques des fils ;
    Les con­trôles.
    Le tis­sage :
    La pré­pa­ra­tion au tis­sage ;
    Le tis­sage ;
    La vis­ite et les con­trôles.
    La bon­neterie :
    Théorie de la maille ;
    Prin­ci­paux types de tri­cots et matériels.
    L’ennoblissement :
    Pré­pa­ra­tion, tein­ture ;
    Impres­sion et apprêts ;
    Les procédés, les pro­duits ;
    Principes fon­da­men­taux de l’achat pub­lic.
    Principes fon­da­men­taux de l’achat public.


    Thème : déminage


    Con­nais­sance des muni­tions clas­siques :
    Iden­ti­fi­ca­tion (type, charge­ment) ;
    Neu­tral­i­sa­tion (débom­bage, désobusage) ;
    Destruc­tion.
    Con­nais­sance des muni­tions chim­iques :
    Iden­ti­fi­ca­tion ;
    Levée de doute ;
    Manip­u­la­tion et stock­age ;
    Maîtrise de la régle­men­ta­tion sur les muni­tions chim­iques.
    Inter­ven­tions sur objets sus­pects à but d’attentat :
    Méthodolo­gie d’intervention ;
    Matériels d’investigation et d’intervention ;
    Con­nais­sance du domaine NRBC (nucléaire, radi­ologique, bac­téri­ologique et chim­ique) ;
    Organ­i­sa­tion des chantiers et des inter­ven­tions sur objets sus­pects :
    Sécuri­sa­tion du site et déf­i­ni­tion des règles de sécu­rité ;
    Organ­i­sa­tion des opéra­tions annexes (études de sécu­rité, étab­lisse­ment des périmètres de sécu­rité, évac­u­a­tion des pop­u­la­tions ;
    Mise en œuvre des moyens de neu­tral­i­sa­tion à dis­tance.
    Organ­i­sa­tion du tra­vail :
    Sécu­rité du tra­vail hors chantiers ;
    Organ­i­sa­tion des équipes d’intervention ;
    Apti­tude à la rédac­tion de rap­ports tech­niques exploita­bles par les autorités ;
    Rela­tions avec les dif­férents parte­naires (autorités pré­fec­torales, élus, police, gen­darmerie, sapeurs-​pompiers, etc.).
    Principes fon­da­men­taux de l’achat public.


Fait le 29 mai 2012.


Le min­istre de l’intérieur,

Pour le min­istre et par délé­ga­tion :

La sous-​directrice du recrute­ment

et de la for­ma­tion,

M. Nguyen

La min­istre de la réforme de l’Etat,

de la décen­tral­i­sa­tion

et de la fonc­tion publique,

Pour la min­istre et par délé­ga­tion :

Le sous-​directeur,

L. Grav­e­laine
This bridge is very long

Nous contacter

CFDT FONDBLANC PICTO7