Porte-voix blanc-petit gif

Logo Bandeau 2014

Syn­di­cat du Ministère

de l’Intérieur
S’ENGAGER POUR CHA­CUN
AGIR POUR TOUS


RESEAU TER­RI­TO­R­IAL DE L’ETAT :

LA CFDT REN­CON­TRE LE MIN­ISTRE DE L’INTERIEUR

Bilatérale du 12/​10/​2020

  • Parce que la santé des agents doit être une pri­or­ité la CFDT a dénoncé les refus de télé­tra­vail qui per­durent sans rai­son objec­tive alors que les cir­cu­laires le prévoient clairement

Le Min­istre a pré­cisé « qu’un rap­pel serait fait aux autorités ter­ri­to­ri­ales en ce sens » : il serait temps que les textes soient enfin respec­tés !

Le Min­istre a égale­ment pré­cisé que « 10 mil­lions d’euros sont inscrits dans le plan de relance en 2021 pour con­tin­uer à équiper les agents de matériels grands écrans et portables »

  • Parce que les réformes se suc­cè­dent sans cohérence la CFDT a demandé qu’avant tout change­ment un bilan de l’existant et une étude d’impact soient réalisées

Le Min­istre a con­venu que la démarche est « intéres­sante » : nous en prenons acte et la CFDT saura le rap­peler à chaque changement

  • Parce qu’il est scan­daleux que les agents atten­dent tou­jours des réponses claires sur leur avenir la CFDT a dénoncé les con­di­tions de créa­tion des SGC

Le Min­istre per­siste et signe « l’OTE est néces­saire et est impor­tante pour l’Intérieur car elle réaf­firme l’importance de l’échelon départe­men­tal » : don­ner aux préfets de départe­ment un rôle cen­tral dans la ges­tion de l’administration ter­ri­to­ri­ale nous sem­ble à nous aussi impor­tant mais ne peut et ne doit pas se faire sans vis­i­bil­ité et sans garantie pour les agents

  • Parce que les agents des pré­fec­tures et des DDI sont dans l’attente de la paru­tion de la cir­cu­laire la CFDT a rap­pelé au Min­istre les engage­ments sur la prime de restructuration

Le Min­istre a indiqué que « le min­istère de l’Intérieur avait signé en pre­mier le doc­u­ment mais que s’agissant d’un doc­u­ment inter­min­istériel il néces­si­tait la sig­na­ture des autres min­istères con­cernés par la réforme et qu’il man­quait à ce jour la sig­na­ture du min­istère des Finances » : il serait temps que les sig­nataires met­tent le pied sur l’accélérateur …les col­lègues doivent savoir s’ils vont béné­ficier ou non du dispositif

  • Parce que les agents des sous-​préfectures sont le pre­mier relai de l’administration ter­ri­to­ri­ale la CFDT a réclamé un engage­ment clair sur leur avenir

Le Min­istre a répondu que « les dynamiques France SER­VICES et Sous-​Préfectures étaient bien engagées dans un souci com­mun de rap­procher l’Etat au plus près du ter­ri­toire » : nous avons fait observer au Min­istre – resté bien silen­cieux sur le sujet — qu’à ce jour nous ne dis­posons tou­jours pas d’une car­togra­phie présen­tant les dif­férents points d’accueil pos­si­bles sur le ter­ri­toire pour les usagers et encore moins de leurs bilans d’activité… et qu’il était indis­pens­able d’évaluer leur efficacité

  • Parce que les agents des pré­fec­tures et des sous-​préfectures ne peu­vent plus exercer leurs mis­sions cor­recte­ment la CFDT a demandé au Min­istre d’arrêter les sup­pres­sions d’effectifs

Le Min­istre a indiqué « qu’en 2021, il n’y aurait aucune sup­pres­sion d’effectif… ce qui n’était pas arrivé depuis 10 ans en admin­is­tra­tion ter­ri­to­ri­ale : enfin une bonne nou­velle pour le réseau territorial…gageons que nos deman­des répétées en ce sens et le rap­port de la cour des comptes indi­quant que les pré­fec­tures étaient en sous-​effectifs chroniques n’y sont pas étrangers !

  • Parce que les agents des ser­vices étrangers méri­tent mieux que d’apprendre par la presse l’avenir de leur ser­vice la CFDT a demandé au Min­istre de les informer rapi­de­ment sur les réformes en cours

Le Min­istre a con­venu « qu’en effet un pro­jet de pacte européen sur l’immigration était en cours de dis­cus­sion à Brux­elles et qu’il aurait des impacts sur les ser­vices des pré­fec­tures mais qu’il était trop tôt à cette étape pour en mesurer les effets con­crets sur les organ­i­sa­tions de tra­vail des ser­vices » : il reste que les ser­vices étrangers vont être forte­ment impactés et qu’il nous sem­ble impor­tant que l’administration tra­vaille sur les dif­férents scé­narii avec les agents

  • Parce que beau­coup d’agents con­nais­sent des dif­fi­cultés finan­cières la CFDT a réclamé l’augmentation des bud­gets d’action sociale

Le Min­istre a annoncé « l’augmentation du bud­get de l’Action Sociale de 10 mil­lions d’euros cette année – soit une aug­men­ta­tion de 15% de l’enveloppe — et espère que celle-​ci sera recon­duite pour 3 ans » : la CFDT se félicite de cette aug­men­ta­tion qu’elle a réclamé avec constance

  • Parce que les agents qui ont déposé un dossier sont à ce jour sans réponse la CFDT a réclamé la pub­li­ca­tion rapide de la cir­cu­laire rel­a­tive à la rup­ture conventionnelle

Le Min­istre a indiqué « qu’il avait demandé à Bercy une ral­longe budgé­taire de 5 mil­lions d’euros pour la prise en charge des deman­des et qu’il était dans l’attente des arbi­trages » : que de temps perdu…dès la paru­tion des textes la CFDT avait demandé à l’administration de s’assurer que le min­istère aurait les moyens de financer les deman­des que nous pressen­tions nom­breuses au regard de l’ambiance délétère des ser­vices et du peu de recon­nais­sance du tra­vail effec­tué par les agents ; le min­istère – très sûr de lui – avait alors répondu « il y aura peu de dossiers »…nous avions rai­son – comme sou­vent – et le nom­bre de dossier a été large­ment sous-​évalué

Le Min­istre a con­clu cet entre­tien en annonçant « que 9 mil­lions d’euros pour le renou­velle­ment du parc auto­mo­bile des pré­fec­tures et 122 mil­lions pour le finance­ment de 344 pro­jets immo­biliers de l’administration ter­ri­to­ri­ale étaient inscrits au PLF 2021 » : ce sont de bonnes nou­velles mais la CFDT veillera à ce que ces enveloppes soient affec­tées équitable­ment, dans la trans­parence et au ser­vice de l’amélioration des con­di­tions de tra­vail des agents.