Porte-voix blanc-petit gif

Logo Bandeau 2014

Syn­di­cat du Ministère

de l’Intérieur
S’ENGAGER POUR CHA­CUN
AGIR POUR TOUS
  • Pro­tec­tion sociale com­plé­men­taire :

    La CFDT Fonc­tions publiques milite pour que tous les agents publics, fonc­tion­naires et con­tractuels, soient cou­verts en santé et en prévoy­ance et que la par­tic­i­pa­tion des employeurs soit au moins équiv­a­lente à celles des employeurs privés

    Ce que veut la CFDT
  • SALAR­IAL 2018

    2018 est une année néga­tive pour le pou­voir d’achat dans la Fonc­tion publique : gel de la valeur du point, rétab­lisse­ment du jour de carence, aug­men­ta­tion de la coti­sa­tion retraite, report du cal­en­drier PPCR, hausse de la CSG avec des modal­ités de com­pen­sa­tion dégres­sives de fait à compter de 2020..

    Nos reven­di­ca­tions
  • SMI CFDT

    Syn­di­cat du Min­istère de l’Intérieur

    Nous con­tac­ter
  • CFDT Fonc­tions publiques !

    POURQUOI LUT­TER CON­TRE LES DIS­CRIM­I­NA­TIONS

cfdt logo 2013 272x369

CAP nationale du corps des INGÉNIEURS TECH­NIQUES, pour l’avancement et la mobil­ité qui s’est réu­nie le 27 novem­bre 2015

Cour­rier à Madame COLIN direc­trice du personnel

Con­sultable en intranet uniquement


Paris, le 27 novem­bre 2015

Madame la directrice,

La CAPN des ingénieurs des ser­vices tech­niques s’est réu­nie hier, 26 novem­bre 2015, dans un cli­mat tendu.

La rai­son en est l’annonce, lors de la pré­pa­ra­tion de la CAP, du recrute­ment d’un fonc­tion­naire ter­ri­to­r­ial sur un emploi de chef des ser­vices tech­niques, à savoir celui de directeur immo­bilier du SGAMI Nord.

Il est en effet INAC­CEPT­ABLE que le min­istère de l’intérieur accueille en détache­ment sur un emploi fonc­tion­nel d’ingénieur des ser­vices tech­niques un fonc­tion­naire extérieur alors même que des ingénieurs prin­ci­paux des ser­vices tech­niques sont can­di­dats, et ce pour plusieurs raisons :

- Le nom­bre d’emplois de chef des ser­vices tech­niques est notoire­ment insuff­isant : ils ne sont qu’au nom­bre de 13 et il n’y a aucune garantie pour que le min­istère de l’intérieur obti­enne les 6 emplois fonc­tion­nels sup­plé­men­taires qu’il a demandé et dont on est sans nouvelles.

- Le corps des ingénieurs des ser­vices tech­niques est désor­mais le seul corps de caté­gorie A du min­istère de l’intérieur qui n’a pas de 3 ème grade et donc d’accès à l’IB 1015 et à la hors échelle. L’accès aux emplois fonc­tion­nels est donc qu’on le veuille ou non perçu comme la seule «pro­mo­tion » possible.

- Offrir des per­spec­tives d’évolution pro­fes­sion­nelle aux ingénieurs des ser­vices tech­niques est essen­tiel. Ils sont actuelle­ment nom­breux à quit­ter le min­istère de l’intérieur faute de per­spec­tives suffisantes.

Madame Nathalie COLIN

Direc­trice des ressources humaines

Nous avons bien noté que pour le moment le fonc­tion­naire ter­ri­to­r­ial sélec­tionné n’était pas encore détaché et qu’une réu­nion serait rapi­de­ment organ­isée pour débat­tre de ce sujet avec les représen­tants du personnel.

Par ailleurs, la CFDT est inter­v­enue sur le résul­tat du CON­COURS d’ingénieur des ser­vices tech­niques de 2015. Ce recrute­ment nous appa­raît totale­ment sous-​dimensionné et décon­necté des besoins des services.

En effet, le min­istère de l’intérieur n’a ouvert que 3 postes (2 en externe et 1 en interne) et unique­ment dans la spé­cial­ité immobilière.

La CAP d’aujourd’hui offre une illus­tra­tion par­faite de ce décalage (dys­fonc­tion­nement) puisque, sur 45 postes pub­liés (25 en immo­bilier et 21 en logis­tique– ce qui prouve bien d’ailleurs qu’il y a encore des besoins en logis­tique…..), seuls 15 postes seront pourvus dont 8 par la voie du détachement !

La CFDT s’interroge dès lors sur la manière dont s’opère le recense­ment des besoins des ser­vices et sur les recrute­ments d’OCTA par la gendarmerie.

* *

*

Evidem­ment, nous sommes par ailleurs tou­jours dans l’attente, mal­gré les engage­ments pris en mai 2015, d’une REFLEX­ION GLOB­ALE sur le devenir et la défense de la fil­ière tech­nique du min­istère de l’intérieur, qu’il s’agisse des aspects statu­taires ou métiers.

Il con­vien­dra désor­mais d’étendre cette réflex­ion à l’impact de la réforme régionale sur les SGAMI et, par voie de con­séquence, sur les agents, tech­niques ou admin­is­trat­ifs con­cernés, qui sont inqui­ets pour leur avenir professionnel.

Louise-​Marie SIADOUS

Secré­taire générale du SMI-​CFDT