Porte-voix blanc-petit gif

Syn­di­cat du Ministère

de l’Intérieur
S’ENGAGER POUR CHA­CUN
AGIR POUR TOUS


CFDT Reven­di­ca­tions

CFDT_Logo_08.03.2010*Les deux aug­men­ta­tions suc­ces­sives du Smic* (1er décem­bre et 1er jan­vier) ont eu pour effet de placer le niveau du Smic à celui de l’indice majoré 302
(alors que l’indice min­i­mum de la Fonc­tion publique était au 31/​12/​2011 de 295 points). L’importance de cet écart de sept points est liée essen­tielle­ment au blocage de la valeur du point d’indice depuis deux ans.

Le Gou­verne­ment était tenu de reval­oriser les traite­ments des agents con­cernés par ces aug­men­ta­tions du Smic. Pour ce faire, il avait le choix entre l’instauration d’une indem­nité dif­féren­tielle (mise en oeu­vre pour le mois de décem­bre) ou une *reval­ori­sa­tion indi­ci­aire.*


* Pour la CFDT , seule cette dernière solu­tion était accept­able. En effet, si l’indemnité dif­féren­tielle avait été choisie, il aurait fallu que les agents recrutés en caté­gorie C, à l’échelle 3, atten­dent pas moins de douze années pour que leur indice rat­trape le niveau actuel du Smic !

Le 19 avril, les OS de la fonc­tion publique se sont ren­dues sans illu­sion exces­sive au rendez-​vous salar­ial annuel avec le gou­verne­ment. Gelé en 2011, con­gelé en 2012, le point d’indice risque la surgéla­tion en 2013… Le 31 mai, souf­flons le chaud !
Le gou­verne­ment, qui a gelé le point d’indice des fonc­tion­naires pour 2011, n’a tou­jours pas entamé les dis­cus­sions avec les organ­i­sa­tions syn­di­cales sur l’évolution des salaires des agents dans les années à venir.

Cir­culez, y a rien à voir ! Depuis juin dernier, les organ­i­sa­tions syn­di­cales de la fonc­tion publique ne com­mu­niquent plus avec le min­istère au sujet de leur rémunéra­tion. « Notre dernière ren­con­tre a été extrême­ment brève, raconte Mylène Jacquot, secré­taire générale adjointe de l’Uffa-CFDT.Georges Tron, le secré­taire d’État chargé de la Fonc­tion publique, nous a d’emblée annoncé qu’il n’avait aucune marge de manœu­vre. Nous n’avions aucune rai­son de nous éterniser. »

À l’occasion de l’opération » Un, deux, trois,…PUBLIC ! «, François Chérèque fait une mise au point sur la vision de la CFDT des ser­vices publics et le statut de la fonc­tion publique.

Ta tri­bune parue dans Libéra­tion à pro­pos de l’avenir des ser­vices publics fait couler beau­coup d’encre quant à notre vision des ser­vices publics.


Cette tri­bune, qui traitait effec­tive­ment de l’avenir des ser­vices publics, m’a amené à par­ler de la place, du rôle et de l’action de l’État vis-​à-​vis des ser­vices publics. C’est à ce titre que j’ai fait allu­sion au fonc­tion­nement régalien de l’État, ce qui a entraîné cer­taines inter­pré­ta­tions mal­hon­nêtes sur la posi­tion de la CFDT con­cer­nant le statut de la fonc­tion publique.

Le rôle déter­mi­nant des syn­di­cal­istes

1. Les faits

En un peu moins d’un mois de mobil­i­sa­tion, la rue tunisi­enne a réussi à met­tre fin au régime dic­ta­to­r­ial de Ben Ali. A l’origine un mou­ve­ment social déclenché le 17 décem­bre par l’immolation par le feu d’un jeune chômeur à qui la police avait con­fisqué la marchan­dise qui lui per­me­t­tait de sub­sis­ter. Les émeutes et protes­ta­tions à car­ac­tère social, local­isées dans le centre-​ouest, ont rapi­de­ment pris une tour­nure poli­tique de mobil­i­sa­tion con­tre le régime. Les struc­tures régionales de la cen­trale syn­di­cale UGTT ont joué un rôle très impor­tant en accom­pa­g­nant les mobil­i­sa­tions. Des man­i­fes­ta­tions ont été dure­ment réprimées en par­ti­c­ulier dans les villes de Thala et Kasser­ine où les forces de sécu­rité ont délibéré­ment tiré pour tuer. Cette répres­sion sanglante a été le tour­nant du mou­ve­ment qui a gagné tout le pays, devenant insur­rec­tion­nel. Le rôle de l’armée a été aussi très impor­tant, son chef d’état major ayant refusé que les sol­dats tirent sur les man­i­fes­tants. Le bilan actuel des vic­times de la répres­sion, qui reste encore pro­vi­soire, fait état d’au moins 78 tués.

La négo­ci­a­tion sur la sécuri­sa­tion des par­cours pro­fes­sion­nels des agents con­tractuels dans la Fonc­tion publique vient de s’ouvrir. Ce n’est pas – mal­heureuse­ment – l’intitulé exact mais c’est bien cette négo­ci­a­tion là que nous voulons et que près d’un mil­lion d’agents atten­dent. Un mil­lion d’agents, pas loin d’un agent sur cinq dans la Fonc­tion publique, assurent aujourd’hui des mis­sions de ser­vice pub­lic.
Lire la brochure FPI.

Tract-retraites-7-septembre-20107 sep­tem­bre 2010

Du jamais vu !

C’est au moins 40 000 per­son­nes, mil­i­tants et adhérents qui sont venus man­i­fester der­rière la ban­de­role de l’Union régionale CFDT Ile-​de-​France.
Lorsque la ligne de tête du cortège CFDT est arrivée à Bastille, les syn­di­cats de la Métal­lurgie, qui clô­tu­raient notre défilé, par­taient seule­ment de République ! Une démon­stra­tion de force qui a large­ment dépassé la mobil­i­sa­tion du 24 juin 2010.
Cette dynamique fait suite à une forte mobil­i­sa­tion dans les entre­prises, avec la dis­tri­b­u­tion de 250 000 tracts dans la semaine du 30 août au 6 sep­tem­bre.
La CFDT a été nom­breuse, dynamique, col­orée, reven­dica­tive durant tout cet après-​midi du 7 sep­tem­bre, avec la présence de nom­breux nou­veaux adhérents dont des jeunes.
Chaque mil­i­tant et mil­i­tante peut être fier de cette journée.
Les réponses apportées aujourd’hui par le Prési­dent de la République sont faibles et ressem­blent à du brico­lage.
La CFDT réclame à nou­veau un débat de fond.
Encore bravo

cfdt_DMI_etfederationintercoLe droit de grève est reconnu par l’alinéa 7 du préam­bule de la Con­sti­tu­tion du 27 octo­bre 1946 auquel se réfère notre Con­sti­tu­tion : « le droit de grève s’exerce dans le cadre des lois qui le règle­mentent ». Cette for­mule est reprise

à l’article 10 de la loi n°83634 du 13 juil­let 1983 por­tant droits et oblig­a­tions des fonc­tion­naires modifiée.

25.05.2010_manif_retraites

28.05.2010_mobilisation_retraitesUne journée de mobil­i­sa­tion réussie con­tre une réforme injuste

A Paris comme en province, la mobil­i­sa­tion a été plus impor­tante que le 23 mars dernier, pour deman­der au gou­verne­ment de changer sa méth­ode sur la réforme des retraites.

COM­MU­NIQUE DE PRESSE

AGENCES REGIONALES DE SANTE

Fédéra­tion Interco CFDT

CFDT SMICom­mu­niqué de presse
du 26 mars 2010

Agenda social dans la Fonc­tion publique : l’UFFA-CFDT
en attendait bien davantage

La man­i­fes­ta­tion du 23 mars a été une réus­site en Ile-​de-​France tout comme au niveau national.


Le cortège CFDT a rassem­blé plus de 5000 adhérents et mil­i­tants der­rière notre ban­de­role régionale.