Porte-voix blanc-petit gif

Logo Bandeau 2014

Syn­di­cat du Ministère

de l’Intérieur
S’ENGAGER POUR CHA­CUN
AGIR POUR TOUS
  • Pro­tec­tion sociale com­plé­men­taire :

    La CFDT Fonc­tions publiques milite pour que tous les agents publics, fonc­tion­naires et con­tractuels, soient cou­verts en santé et en prévoy­ance et que la par­tic­i­pa­tion des employeurs soit au moins équiv­a­lente à celles des employeurs privés

    Ce que veut la CFDT
  • SALAR­IAL 2018

    2018 est une année néga­tive pour le pou­voir d’achat dans la Fonc­tion publique : gel de la valeur du point, rétab­lisse­ment du jour de carence, aug­men­ta­tion de la coti­sa­tion retraite, report du cal­en­drier PPCR, hausse de la CSG avec des modal­ités de com­pen­sa­tion dégres­sives de fait à compter de 2020..

    Nos reven­di­ca­tions
  • SMI CFDT

    Syn­di­cat du Min­istère de l’Intérieur

    Nous con­tac­ter
  • CFDT Fonc­tions publiques !

    POURQUOI LUT­TER CON­TRE LES DIS­CRIM­I­NA­TIONS

La CFDT inter­pelle le min­istre sur la réforme du ser­vice pub­lic

S’il ne fait pas la une des médias, le pro­gramme « Action Publique 2022 » lancé par le Pre­mier min­istre mérite toute notre atten­tion :

Après la RGPP, la MAP, voici venue la nou­velle réforme au long cours qui doit (« cette fois-​ci c’est la bonne », nous dit-​on !) nous faire voguer vers l’avenir radieux de l’administration 3.0.

Des audi­tions se déroulent en ce moment visant à « améliorer la qual­ité des ser­vices publics, offrir aux agents publics un envi­ron­nement de tra­vail mod­ernisé, accom­pa­g­ner rapi­de­ment la baisse des dépenses publiques ».


Bon, on le voit venir, le Pre­mier min­istre : il aimerait bien que les agents publics fassent mieux avec moins…

Et effec­tive­ment, en y regar­dant de plus près, que constatons-​nous ?

→ La rechercher d’économies budgé­taires reste prég­nante ;
→ Aucune éval­u­a­tion sérieuse et faisant autorité n’a été dressée sur les réformes passées… et tou­jours en cours ;
→ Le dia­logue social sem­ble à ce stade être une option ; par exem­ple, l’ensemble des min­istères ont déjà remis leur copie au Pre­mier min­istre sans que les syn­di­cats aient été con­certés et même, pour cer­tains, infor­més.

Un triple con­stat que la CFDT a dénoncé dès le 24 novem­bre dernier, lors d’une audi­tion auprès du comité national Action publique 2022.

Alors, puisque le débat est lancé, c’est à chacun.e d’entre nous de dire ce qu’il nous faut pour ren­dre un ser­vice pub­lic de qual­ité, dire les ser­vices publics qui man­quent là où nous tra­vail­lons ou habitons, dire que nos mis­sions ne peu­vent être com­plète­ment numérisées ou automa­tisées, bref, témoigner con­crète­ment de la réal­ité de notre tra­vail au ser­vice du pub­lic.

Avec vous, nous con­tin­uerons de nous bat­tre pour que le débat s’inscrive dans un dia­logue social digne de ce nom. Avec vous, nous seront mieux armés pour con­tin­uer à défendre et à pro­mou­voir les ser­vices ET les agents publics !

C’est ce que la CFDT a défendu auprès du secré­taire d’État auprès du min­istre de l’action et des comptes publics, le 14 février 2018, dans une inter­ven­tion dont nous vous faisons part dans ce feuillet.