Porte-voix blanc-petit gif

Logo Bandeau 2014

Syn­di­cat du Ministère

de l’Intérieur
S’ENGAGER POUR CHA­CUN
AGIR POUR TOUS

Face à un gou­verne­ment qui refuse pour l’heure de sor­tir de sa seule vision budgé­taire de la trans­for­ma­tion de l’action publique, la CFDT Fonc­tions publiques a lancé un appel à la mobil­i­sa­tion des agents le 22 mai. Avec un objec­tif : faire enten­dre ses revendications !

« Depuis des mois, la CFDT Fonc­tions publiques (1) a alerté sur le fait qu’elle n’hésiterait pas à se mobiliser si le gou­verne­ment ne nous entend pas », rap­pelle Mylène Jacquot, secré­taire générale de la CFDT Fonc­tions publiques. Le 12 avril dernier, les fédéra­tions qui la com­posent lui ont donné man­dat pour un appel à la mobil­i­sa­tion des agents le 22 mai prochain.

La mobil­i­sa­tion aura pour pre­mier objec­tif de peser sur le rendez-​vous salar­ial que le gou­verne­ment a accepté – sur insis­tance de la CFDT – d’avancer au mois de juin. La CFDT Fonc­tions publiques entend réaf­firmer « son exi­gence de mesures col­lec­tives » et attend des réponses sur la valeur du point, la mise en œuvre du pro­to­cole Par­cours, car­rières, rémunéra­tion (PPCR), ou encore la com­pen­sa­tion de la CSG. Mais le 22 mai sera aussi de dire le refus d’une « approche unique­ment budgé­taire de la fonc­tion publique, sans vision d’un ser­vice pub­lic de qual­ité, garant de la cohé­sion sociale et acces­si­ble à tous les usagers ».

Enten­dre la parole des agents

Autrement dit, le 22 mai sera un coup de semonce au gou­verne­ment, afin qu’il se mette à l’écoute des reven­di­ca­tions : « Les infléchisse­ments que nous avons obtenus dans le doc­u­ment de méth­ode de la con­cer­ta­tion ne suff­isent pas, insiste Mylène Jacquot. Nous n’avons pour l’heure pas vu d’ouverture sur nos reven­di­ca­tions, alors que tous les voy­ants com­men­cent à virer au rouge et que l’inquiétude des agents, sur le recours accru aux con­tractuels ou le salaire au mérite, est réelle. » Dernier accroc en date, la pre­mière séance de con­cer­ta­tion sur le dia­logue social dans la fonc­tion publique, le 9 avril dernier, a visé d’entrée de jeu la fusion des instances, en reléguant à une éventuelle séance ultérieure l’enjeu de la qual­ité du dia­logue social. « Le gou­verne­ment, prévient Mylène Jacquot, doit enfin pren­dre en compte la parole des agents que nous por­tons et enten­dre les organ­i­sa­tions syn­di­cales qui ont des propo­si­tions ! »

(1)L’Union des fédéra­tions de fonc­tion­naires et assim­ilés (Uffa) est com­posée des dix fédéra­tions CFDT ayant dans leur champ des agents publics de l’État, la ter­ri­to­ri­ale et l’hospitalière : F3C (Com­mu­ni­ca­tion, con­seil, cul­ture), FEAE (étab­lisse­ments et arse­naux d’État), FEP (For­ma­tion et enseigne­ment privé), FGA (Agroal­i­men­taire), FGTE (Trans­ports et Envi­ron­nement), Finances, Interco, PSTE (Pro­tec­tion sociale, tra­vail et emploi), Santé-​sociaux et Sgen (Edu­ca­tion nationale et recherche).

> Fonc­tion publique : la CFDT appelle les agents à se mobiliser le 22 mai