Porte-voix blanc-petit gif

Logo Bandeau 2014

Syn­di­cat du Ministère

de l’Intérieur
S’ENGAGER POUR CHA­CUN
AGIR POUR TOUS


Un comité tech­nique dans lequel la CFDT Gen­darmerie a une nou­velle fois dénoncé l’absence de réel dia­logue entre le com­man­de­ment ou la DGGN et les représen­tants des per­son­nels. Les propo­si­tions, sug­ges­tions, dénon­ci­a­tions par­fois, exprimées par les OS, ne sont pas écoutées, par une admin­is­tra­tion qui sem­ble faire l’autruche ! Et pour­tant tout ne va pas si bien pour les per­son­nels civils…

Comité tech­nique Gendarmerie

25 novem­bre 2020

Alors.….. Tout va bien !

Suite à la lec­ture des déc­la­ra­tions lim­i­naires, le prési­dent a apporté des pré­ci­sions sur les sujets évoqués :

Con­cer­nant les R13 les représen­tants des per­son­nels seront asso­ciés locale­ment. Les amé­nage­ments varieront en fonc­tion régions. La ges­tion des per­son­nels vis­era partout la plus grande efficacité.

Rap­pel des chiffres sur le matériel disponible pour le télé­tra­vail et le nom­bre de per­son­nels concernés.

Devenir des CSAG, des dis­cus­sions sont en cours et des évo­lu­tions vont arriver.

La mise en place des sub­sti­tu­tions est com­pliquée et il y a des doutes sur l’atteinte des objectifs.

Point sur la crise Covid, le prési­dent ne recon­nait pas l’impréparation. Cette deux­ième vague a été gérée locale­ment, con­traire­ment à la pre­mière, gérée du niveau central.

Madame la DRH MI a pré­cisé que la ges­tion des per­son­nels civils de la Gen­darmerie se fai­sait en bonne intel­li­gence avec la DGGN et con­cer­nant la rup­ture con­ven­tion­nelle, la cir­cu­laire est en cours de sig­na­ture et sera com­mu­niquée aux OS.

Tous les points de l’ordre du jour mis pour avis ont été approuvés.

Comme évo­qué dans notre déc­la­ra­tion lim­i­naire, la CFDT Gen­darmerie a dénoncé le manque de dia­logue sur les sub­sti­tu­tions, avec un canevas imposé. Il est impos­si­ble en local de pro­poser des trans­for­ma­tions en caté­gories A, pas de postes à respon­s­abil­ités dans les Mess, CSAG, logistiques…

La CFDT Gen­darmerie a demandé s’il était vrai­ment per­ti­nant de trans­former des postes dans les régions qui vont subir la réor­gan­i­sa­tion R13, donc, pour cer­tains d’entre-eux, appelés à disparaître.

LA DGGN a évo­qué le prob­lème de recruter du per­son­nel qual­i­fié pour sa chaîne Immo­bil­ière. La CFDT Gen­darmerie a indiqué qu’il était nor­mal que nous soyons main­tenant en dif­fi­culté, nous n’avons pas su recruter et fidéliser des per­son­nels civils com­pé­tents car depuis de nom­breuses années ces postes étaient exclu­sive­ment réservés aux militaires.

Le sujet de passerelle du statut de per­son­nels mil­i­taires en per­son­nel civils a été évo­qué. Cette mesure à CFDT Gen­darmerie ne s’oppose pas si cer­taines con­di­tions sont respec­tés, n’est pas une option envis­agée par la DGGN. Il n’y a pas de deman­des des Mil­i­taires pour passer civils sur leurs postes !

Le sujet du caserne­ment pose un véri­ta­ble prob­lème. Les « ser­vices » dédiés, sou­vent mal encadrés, sont sac­ri­fiés depuis de nom­breuses années et vivent un manque cri­ant de moyens humains et matériels pour réaliser des travaux plus que néces­saires dans des casernes vieillissantes.

La CFDT Gen­darmerie est rev­enue sur la ges­tion a min­ima du télé­tra­vail en Gen­darmerie. Elle dénonce un com­man­de­ment qui ne fait pas d’effort pour « ven­dre le pro­duit », des agents échaudés par le pre­mier con­fine­ment qui cul­pa­bilisent et surtout un matériel CLIP inadapté pour le télé­tra­vail. La DGGN a indiqué la mise en place du sys­tème NOEMIE en Gen­darmerie au cours du pre­mier semes­tre 2021. Il est temps !

La fin de ce Comité Tech­nique a été assez ten­due quand cer­taines OS, dont la CFDT Gen­darmerie, ont exprimé leur impres­sion de ne pas être écoutées. Les Déc­la­ra­tions Lim­i­naires se suiv­ent et surtout se ressem­blent, par faute d’être prises en compte par une admin­is­tra­tion cen­trale pour qui « tout va bien ».

La CFDT vous dira donc : à vous de juger !

La CFDT Gen­darmerie est à vos côtés pour défendre d’une part l’institution et aussi surtout, vos intérêts !

Paris, le 25 novem­bre 2020

La CFDT Gen­darmerie était représen­tée par : Karine WOLCK et Christophe BADOLLE


Déc­la­ra­tion liminaire

Comité Tech­nique Gendarmerie

25 novem­bre 2020

Mon­sieur le Prési­dent, mes­dames, messieurs,

Pour une pre­mière fois notre déc­la­ra­tion lim­i­naire aura un titre, « Que les regrets d’aujourd’hui devi­en­nent notre force de demain ! »

La CFDT Gen­darmerie com­mencera donc sa déc­la­ra­tion lim­i­naire par un pre­mier regret. En effet dans l’ordre du jour de ce comité tech­nique, à aucun moment, l’administration n’a prévu d’évoquer la crise san­i­taire actuelle et la mise en place en urgence, du télé­tra­vail. Ces sujets mal­heureuse­ment d’actualité et essen­tiels pour les agents, ne seront évo­qués que parce que les représen­tants du per­son­nel l’ont demandé.

Il n’y a mal­heureuse­ment pas plus eu de Comité Tech­nique extra­or­di­naire lors de cette deux­ième vague et les CHSCT n’ont été réu­nis en urgence, que parce que notre Directeur l’a expressé­ment demandé.

Une nou­velle fois la CFDT Gen­darmerie regrette, comme lors de la pre­mière vague, le manque de dia­logue social et de con­cer­ta­tion à dif­férents éch­e­lons, dans ces moments difficiles.

La CFDT Gen­darmerie milite pour la mise en place du télé­tra­vail dans notre insti­tu­tion, et n’a eu de cesse de le deman­der lors des précé­dents comités tech­niques et de la pre­mière vague. En sep­tem­bre de cette année, encore nous avons évo­qué la réal­i­sa­tion d’un groupe de tra­vail pour étudier ensem­ble toutes les pos­si­bil­ités. Nous n’avons pas été enten­dus. Cette deux­ième vague prise en pleine face, a souligné notre impré­pa­ra­tion dans l’urgence avec du matériel non con­fig­uré, ni recensé, ainsi que des postes télé­tra­vail­l­ables non iden­ti­fiés. Le con­stat aujourd’hui, est que ce mode de tra­vail se met dif­fi­cile­ment en place, avec d’une part un com­man­de­ment pas vrai­ment ent­hou­si­aste de « ven­dre le pro­duit » et d’un matériel fourni inadapté pour réus­sir à min­ima les mis­sions. Les agents sont dubi­tat­ifs, inqui­ets sur le qu’en dira-​t-​on, et résignés sur les déci­sions prises.

Aujourd’hui il y a néces­sité à réfléchir pour inté­grer dans les fiches de poste, la notion d’activité réal­is­able en télé­tra­vail et des moyens à met­tre en place.

La CFDT Gen­darmerie regrette que sa propo­si­tion d’intégrer, dans le règle­ment intérieur pour les per­son­nels civils de la Gen­darmerie, un nou­vel arti­cle for­mal­isant la prise en compte totale du tra­vail effec­tué, con­for­mé­ment aux direc­tives don­nées, lors d’une crise majeure, n’ait pas été retenue, ni par l’administration, ni par les autres organ­i­sa­tions syndicales.

Con­cer­nant les autres sujets, la CFDT Gen­darmerie déplore, là aussi, le manque d’échanges que ce soit au niveau local ou au niveau national sur le sujet de la sub­sti­tu­tion de postes. En effet en direc­tion cen­trale, on laisse enten­dre que les propo­si­tions vien­nent libre­ment des For­ma­tions Admin­is­tra­tives et à l’inverse, en local, pour les quelques endroits où nous avons été asso­ciés, on nous oppose un canevas cen­tral imposé, assez restreint. Qui croire ? La CFDT Gen­darmerie con­state et dénonce une grande sub­sti­tu­tion de postes de mil­i­taires, pour­tant recon­nus caté­gories B, en per­son­nels civils de caté­gorie C. Alors que nous deman­dons un repyra­midage des postes, nous avons l’impression inverse, l’administration sem­ble effectuer plutôt une « opéra­tion dépyra­midage ». Si nous voulons des per­son­nels civils plus pro­fes­sion­nels, de l’attractivité, alors met­tons le bon niveau de recrute­ment lors des trans­for­ma­tions de postes.

Bien que représen­ta­tive dans notre Min­istère, et surtout dans notre périmètre, la CFDT Gen­darmerie regrette de ne pas avoir été asso­ciée à la présen­ta­tion du PLF con­cer­nant cet employeur. En effet les annonces des quelques mesures pour les per­son­nels civils de la Gen­darmerie ont été faites par le CFMG. Nous auri­ons souhaité être reçu pour que nos propo­si­tions non retenues aient une chance plus forte d’être enten­dues par notre Ministre.

La CFDT Gen­darmerie dénonce la non-​attribution du CIA Col­lec­tif pour les per­son­nels tech­niques dans cer­taines For­ma­tions Admin­is­tra­tives au motif d’équité entre les per­son­nels. Le principe d’équité n’est pour­tant jamais évo­qué pour d’autres mesures (PRE, Prime COVID19 etc..) tout aussi inéquita­bles et pour­tant bien attribuées !

La CFDT Gen­darmerie attend avec impa­tience la mise en place de la nou­velle feuille de route pour les per­son­nels civils. Avec des mesures qui sem­blent très promet­teuses, nous nous associerons à la démarche d’amélioration de la con­di­tion du per­son­nel civil en Gendarmerie.

Nous avions depuis longtemps demandé une ges­tion décen­tral­isée de cer­tains con­trats des per­son­nels con­tractuels. Un bilan sera néces­saire, mais la ges­tion de prox­im­ité qui va bien­tôt arrivée, per­me­t­tra de gag­ner en vis­i­bil­ité et en effi­cac­ité, que ce soit au niveau des per­son­nels con­cernés ou du coté des gestionnaires.

Par­faite­ment con­sciente de la dif­fi­culté imposée par cette crise, à tra­vers cette locu­tion de regrets, la CFDT Gen­darmerie souhaite attirer l’attention de l’administration En tra­vail­lant ensem­ble nous irons plus loin, plus vite et mieux.

Oui nous ne serons pas d’accord sur tous ! Oui il y aura des points de crispations !

Mais, c’est avec un dia­logue social con­struc­tif que d’une part la Gen­darmerie pourra expli­quer ses trans­for­ma­tions, et sa vision d’avenir et que d’autre part la CFDT Gen­darmerie pourra faire remon­ter la vision et les attentes des per­son­nels civils, tou­jours présents mal­gré les difficultés.

Nous vous remer­cions pour votre attention.

Paris, le 25 novem­bre 2020