Porte-voix blanc-petit gif

Logo Bandeau 2014

Syn­di­cat du Ministère

de l’Intérieur
S’ENGAGER POUR CHA­CUN
AGIR POUR TOUS
  • SMI CFDT

    Syn­di­cat du Min­istère de l’Intérieur

    Nous con­tac­ter
  • Pro­tec­tion sociale com­plé­men­taire :

    La CFDT Fonc­tions publiques milite pour que tous les agents publics, fonc­tion­naires et con­tractuels, soient cou­verts en santé et en prévoy­ance et que la par­tic­i­pa­tion des employeurs soit au moins équiv­a­lente à celles des employeurs privés

    Ce que veut la CFDT
  • CFDT Fonc­tions publiques !

    POURQUOI LUT­TER CON­TRE LES DIS­CRIM­I­NA­TIONS

DÉMÉ­NAGE­MENT DE LA DCI.
Let­tre ouverte à madame la direc­trice de la coopéra­tion inter­na­tionale

Nan­terre le 6 mai 2019

L’ensemble des organ­i­sa­tions syn­di­cales représen­tées au sein de la DCI ont été sol­lic­itées par leurs adhérents et par des per­son­nels non affil­iés (pour les officiers : SCSI, SYN­ERGIE OFFICIERS et UNSA OFFICIERS, pour les CEA : ALLIANCE POLICE NATIONALE, UNITE SGP POLICE FSMI FO, UNSA POLICE et ALTER­NA­TIVE POLICE, pour les admin­is­trat­ifs : SMI de l’INTERCO CFDT et SNI­PAT).

Les per­son­nels, act­ifs et admin­is­trat­ifs, ont en effet fait part de leurs mécon­tente­ment et inquié­tudes quant au pro­jet de démé­nage­ment vers l’Immeuble « Le Capi­tole » situé 55 Avenue des Champs Pier­reux à Nan­terre.

Mécon­tente­ment sur la forme : En effet, l’information tar­dive du per­son­nel n’a été effec­tuée offi­cielle­ment que le 12 avril dernier alors même que des rumeurs cir­cu­laient depuis déjà plusieurs mois et qu’une pre­mière vague de départs vers « Le Capi­tole » doit avoir lieu dès le mois de juin prochain.



Mécon­tente­ment sur le fond, mal­gré la réu­nion d’information organ­isée par la direc­tion de la DCI, le 17 avril et les raisons qui y ont été évo­quées, le choix de la DEPAFI de l’immeuble « Le Capi­tole » ne nous sem­ble ni cohérent, ni à l’avantage des agents.

Ce démé­nage­ment sus­cite de nom­breuses inquié­tudes :
- L’allongement des tra­jets d’environ deux fois vingt min­utes par jour pour la majorité des
per­son­nels,
- La tra­ver­sée du parc et de la cité Picasso peu ras­sur­ante à la tombée de la nuit pour cer­tains
per­son­nels,
- Le sur­coût financier que pour­rait représen­ter l’augmentation des frais de restau­ra­tion sur place,
- Les charges sup­plé­men­taires et les dif­fi­cultés organ­i­sa­tion­nelles que cer­tains par­ents, dans
l’obligation d’étendre les horaires de garde de leurs enfants le matin et le soir, se ver­raient imposer,
- La dégra­da­tion des con­di­tions de tra­vail du fait de bureaux qui pour­raient être privés de lumière
naturelle,
- La perte de vis­i­bil­ité et de représen­ta­tiv­ité de la Direc­tion de la Coopéra­tion Inter­na­tionale au
regard des parte­naires nationaux et inter­na­tionaux due au nou­veau secteur géo­graphique,
- L’impossibilité pour cer­tains per­son­nels d’obtenir une mobil­ité rapide compte tenu du cal­en­drier des
CAP.

Nous déplorons une absence totale de con­cer­ta­tion avec les per­son­nels con­cernés alors même que le trans­fert de la DCI dans un immeu­ble éloigné, desservi par une offre de trans­ports dégradée et d’ores et déjà sat­urée, aura des impacts humains et matériels, que nous ne pou­vons éval­uer à ce stade, faute de dia­logue.

Si la déci­sion de ce démé­nage­ment s’avérait irrévo­ca­ble, les agents de la DCI et l’ensemble de leurs organ­i­sa­tions syn­di­cales réclam­eraient l’ouverture immé­di­ate de dis­cus­sions sur ces impacts, ainsi que sur les mesures d’accompagnement qui s’imposent.

L’ensemble des organ­i­sa­tions syn­di­cales représen­ta­tives des corps des Officiers, CEA et admin­is­trat­ifs de la DCI restera extrême­ment atten­tif quant à l’évolution de ce dossier et aux con­di­tions dans lesquelles se déroulera ce démé­nage­ment.

Nous savons, madame la direc­trice, pou­voir compter sur vous, pour faire enten­dre ces légitimes
reven­di­ca­tions auprès de la DGPN et de la DEPAFI.