Porte-voix blanc-petit gif

Logo Bandeau 2014

Syn­di­cat du Ministère

de l’Intérieur
S’ENGAGER POUR CHA­CUN
AGIR POUR TOUS


FICHE REFLEXE

GES­TION DES CAS de COVID

Cette fiche est val­able en l’état actuel des con­signes san­i­taires au 4 août 2020

  1. Con­duite à tenir si un agent présente des symp­tômes évo­ca­teurs du COVID

Si un agent a des symp­tômes évo­ca­teurs du COVID :

  • l’agent doit immé­di­ate­ment porter un masque;
  • l’agent doit immé­di­ate­ment être adressé à la médecine de soins pour prise en charge et délivrance d’un arrêt mal­adie. L’isolement strict est requis.

Un test PCR est pre­scrit sans délai. Si le test PCR est négatif, la levée de l’isolement peut être envis­agée après avis du médecin traitant.

Sa posi­tion admin­is­tra­tive sera le congé de mal­adie ordinaire.

  1. Con­duite à tenir si un agent a eu un con­tact récent avec un cas sus­pect ou un cas con­firmé COVID

Le con­tact entre l’agent et le cas sus­pect ou le cas con­firmé peut avoir eu lieu au sein du foyer de l’agent ou au tra­vail. Dans les deux cas, les mêmes réflexes doivent être adoptés :

Dans les con­signes qui suiv­ent, le cas sus­pect ou con­firmé (RT PCR COVID +) est appelé « cas index »

  • Analyser avec le médecin de préven­tion le niveau de risque pour le ou les agents en contact
  • S’agissant des agents con­sid­érés comme con­tacts à risque

  1. Dans l’attente des résul­tats du test PCR du cas index, les con­tacts con­sid­érés comme à risque (cf. déf­i­ni­tion des con­tacts à risque de santé publique France en annexe 1) peu­vent alors être main­tenus au tra­vail avec port de masque et ren­force­ment des mesures barrière
  1. En cas de test posi­tif du cas index, les agents con­tact con­sid­érés comme à risque sont mis en qua­torzaine d’emblée. L’agent est alors en ASA.
  1. Dans tous les cas, l’agent con­tact à risque devra sur­veiller la sur­v­enue de symp­tômes et béné­ficiera d’un test PCR à J+7 après le dernier con­tact avec le cas index (ou plus tôt si appari­tion de symptômes).

Suite au test PCR chez le ou les cas con­tact à risque :

  • si le résul­tat est posi­tif (l’agent est infecté), la sit­u­a­tion rejoint alors le cas présenté au 1. (isole­ment main­tenu, prise en charge par la médecine de soins) ;
  • si le résul­tat est négatif, l’agent pourra alors béné­ficier d’un allège­ment de la qua­torzaine (sor­ties lim­itées avec port de masque, pas de trans­ports en com­mun, pas de con­tact avec des per­son­nes vul­nérables, mais pas de tra­vail en présen­tiel). Il est à noter que cet allège­ment n’est pos­si­ble que pour les con­tacts à risque hors du foyer.

2.2) S’agissant des agents cas con­tact ne répon­dant pas à la déf­i­ni­tion de con­tacts à risque

Le risque est dit nég­lige­able : la pour­suite du tra­vail est pos­si­ble avec respect strict des mesures bar­rière, port du masque en con­tinu, sur­veil­lance de la température.

2.3) S’agissant des agents con­tacts de con­tact à risque : aucune mesure par­ti­c­ulière n’est préconisée

Dans un cadre général, il con­vient de men­tion­ner que dès l’apparition de « clus­ters de COVID » (au moins 3 cas) l’Agence Régionale de Santé (ARS) est impliquée dans le dis­posi­tif, en lien avec la médecine de préven­tion et les services.

L’association pré­coce de la médecine de préven­tion per­met dans tous les cas d’établir sans tarder une pre­mière liste des cas con­tact à risque avec le ser­vice et de faire les pre­mières préconisations.

  1. La reprise d’activité après un isole­ment en lien avec le COVID 19 (cas contact)

Pour rap­pel, l’agent ayant eu un con­tact étroit avec un cas sus­pect ou con­firmé de COVID-​19 dans un ser­vice ou dans son entourage proche (cas con­tact à risque) et ayant fait l’objet d’un con­fine­ment pen­dant 14 jours sera invité par son ser­vice à pren­dre con­tact avec le médecin de préven­tion par télé­phone ou par cour­riel avant son retour pour définir les modal­ités de levée du confinement..

Lors de l’entretien, un ques­tion­naire ciblé et per­son­nal­isé sera ren­seigné. Ce ques­tion­naire sera con­servé dans le dossier médi­cal de prévention.

En fonc­tion des réponses au ques­tion­naire, la reprise :

- sera validée. Un avis écrit sera trans­mis à l’agent et à sa hiérarchie,

- ou sera dif­férée et l’agent sera alors main­tenu en isole­ment (par exem­ple du fait d’une nou­velle expo­si­tion en cours de quatorzaine).

L’agent en sit­u­a­tion de retour au tra­vail en présen­tiel devra dans tous les cas respecter les mesures de préven­tion (mesures bar­rière et absence de con­tacts avec des per­son­nes vulnérables).


Annexe 1 : déf­i­ni­tion des cas (source Santé Publique France)

Ces déf­i­ni­tions sont sus­cep­ti­bles d’évoluer en fonc­tion de la sit­u­a­tion épidémi­ologique et des
con­nais­sances acquises sur la mal­adie.
Ces déf­i­ni­tions ne s’appliquent pas à l’évaluation des con­tacts à risque d’un pro­fes­sion­nel de santé
hos­pi­tal­ier sur­venus dans un con­texte de soins, pour lequel une éval­u­a­tion spé­ci­fique doit être
réal­isée par le médecin du tra­vail et l’équipe opéra­tionnelle d’hygiène.
En l’absence de mesures de pro­tec­tion effi­caces pen­dant toute la durée du con­tact :
- hygia­phone ou autre sépa­ra­tion physique (vitre)
— masque chirur­gi­cal ou FFP2 porté par le cas ou le con­tact
— masque grand pub­lic fab­riqué selon la norme AFNOR ou équiv­a­lent porté par le cas et le con­tact
Con­tact à risque = Per­sonne
- Ayant partagé le même lieu de vie que le cas con­firmé ou prob­a­ble ;
— Ayant eu un con­tact direct avec un cas, en face à face, à moins d’1 mètre, quelle que soit la
durée (ex. con­ver­sa­tion, repas, flirt, acco­lades, embras­sades). En revanche, des per­son­nes
croisées dans l’espace pub­lic de manière fugace ne sont pas con­sid­érées comme des
personnes-​contacts à risque ;
— Ayant prodigué ou reçu des actes d’hygiène ou de soins ;
— Ayant partagé un espace con­finé (bureau ou salle de réu­nion, véhicule per­son­nel …) pen­dant
au moins 15 min­utes avec un cas ou étant resté en face à face avec un cas durant plusieurs
épisodes de toux ou d’éternuement ;
— Etant élève ou enseignant de la même classe sco­laire (mater­nelle, pri­maire, sec­ondaire,
groupe de travaux dirigés à l’université).
Con­tact à risque nég­lige­able =
- toutes les autres sit­u­a­tions de con­tact
— Cas de COVID-​19 déjà iden­ti­fié, con­firmé par RT-​PCR ou sérolo­gie dans le cadre d’un
diag­nos­tic de rat­tra­page, guéri ou encore malade, en ten­ant compte des instruc­tions
s’appliquant aux cas con­fir­més si le patient est tou­jours malade.